Lundi 6 avril 1 06 /04 /Avr 13:00
 On se croirait dans une fourmilière. Des centaines d'hommes se pressent à la tâche. Pourtant le photographe brésilien semble attiré par cet homme face à lui, adossé à ce poteau en bois. C'est certainement à la Crucifixion du tintoret qu'il pense en immortalisant cette scène, car, comme beaucoup de brésiliens, il est très attaché à l'univers chrétien.
 C'est en 1986 que Sebastiao Salgado prit ce cliché, dans son pays natal. Pourtant, on a du mal à imaginer qu'à cette date des hommes travaillaient dans ces conditions, tels des esclaves ou des prisonniers condamnés aux travaux forcés. Le choix du noir et blanc et l'abscence d'objets modernes nous renvoient à une époque bien plus lointaine que la fin du 20ème siècle.
 Salgado, après sa thèse ès Sciences Economiques à Paris et une courte carrière dans la fillière économique, change brutalement d'orientation en se tournant vers la photographie. Il va passer la plupart de son temps à montrer comment certains hommes sont maltraités dans leur vie quotidienne, et les souffrances qu'ils doivent endurer dans ce monde dit civilisé. En 2001 il est nommé représentant de l'UNICEF, et actuellement il s'occupe du grand projet photographique "Genesis", traitant de la nature et la vie sauvage.




                                        "Mine d'or de Serra Pelada" par Sebastiao Salgado










Par b_marco - Publié dans : decryptage photographique
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés